Silicium G5

silicium-le-ribault


Le silicium est un antidote naturel à l’aluminium. Il élimine des protéines anormales qui peuvent retourner à leur état initial, augmente son excrétion rénale et diminue son absorption intestinale. Le silicium de part ses propriétés chimiques se lie naturellement à l’aluminium dans la nature et l’inactive.

OSTEOPOROSE & ALZHEIMER… : le silicium est un élément essentiel pour les combattre efficacement. Permet également d’évacuer du corps humains plusieurs métaux lourds.


Le Silicium G5 Original a été relégué en 2010 à la catégorie des cosmétiques c´est à dire ‘usage externe´ au sein de l’union européenne.

Le Silicium G5 Original est disponible mais porte la mention ´Usage Externe´, selon la nouvelle réglementation européenne en vigueur.

Le Silicium G5 Siliplant est de la silice naturelle, considéré comme complément alimentaire buvable et formulée en 2006 par Loïc Le Ribault.

Le Silicium G5 Siliplant contient de la Silice organique naturelle obtenue par un processus exclusif basé sur la formulation de Loïc Le Ribault.

Silicium G5 Siliplant est sans conservateurs chimiques, parfaitement assimilables par l´organisme et Bio-disponible.

Il est très utile et bénéfique pour les os, articulations, la régénération du cartilage, l´élasticité de la peau comme la préservation des cheveux et des ongles sains.

Le Silicium G5 Siliplant a la même efficacité que le Silicium G5 Original, prouvé par une étude clinique francaise de 2011.

Le Silicium G5 Siliplant est un complément alimentaire parfaitement assimilable par l´organisme et bio-disponible, qui contient de la silice naturelle. Le Silicium G5 Siliplant rééquilibre et régule les fonctions de l´organisme sans présenter aucune contre-indication (allergène comme médicamenteuse), ni accoutumance, et aucun effet secondaire. En raison de carences de cet élément chez de nombreuses personnes, l´apport en silicium est très important. (Seaborn Nielsen 1993-2004).

Le Silicium G5 Siliplant est nécessaire et très utile pour les personnes agées, ayant des problèmes articulaires, ou les personnes convalescentes, en état de faiblesse et bien entendu pour le bien-être général de chacun.

À l´âge adulte notre réserve en silicium diminue régulièrement, mais reste cependant un élément indispensable au bon fonctionnement de l´organisme. Il fait partie du métabolisme du phosphore, du magnésium et du calcium. Il renforce le collagène de la structure osseuse, permettant ainsi au calcium de se déposer sur les os. Il contribue à redonner élasticité à l´ensemble de nos tissus.

Le Silicium G5 Siliplant est également bénéfique pour le maintien de la flexibilité des articulations, la régénération du cartilage, l´élasticité de la peau et la préservation des cheveux et des ongles sains, contre la déminéralisation.

silicium-g5

Présentation : Bouteilles de 1000 ml. Après un mois ouvert, maintenir au réfrigérateur.

Ingrédients : Eau purifiée, acide silicique, extraits de prêle des champs (Equisetum arvense L.), romarin (Rosmarinus officinalis L.)

Mode d’emploi : Cure initiale (intensive): Prendre 30 ml trois fois par jour pendant deux à trois mois pour les problèmes articulaires/de santé plus importants, et passer ensuite à la cure de maintien.

Cure de maintien: Prendre 15 ml avec le gobelet doseur deux fois par jour (Cure d´entretien) 15-20 minutes avant les repas et les médicaments. Le Silicium G5 Siliplant est compatible avec la prise de médicament ou complément alimentaire, à prendre environ à 20 mn d´intervalle pour une meilleure efficacité.

Le produit apporte 10 mg par jour de silicium Bio-disponible, son goût est agréable, avec des notes végétales, n’est ni amer ni ne laisse de saveur en bouche.

 

 

LE SILICIUM ORGANIQUE
À USAGE THÉRAPEUTIQUE

Historique

 

Le silicium minéral est le principal constituant de l’écorce terrestre (27,80 % en poids) après l’oxygène (46,60 %). On le trouve sous forme amorphe ou cristalline dans de nombreuses roches telles que les granites, les sables, les argiles, etc.Le silicium organique, constituant de tous les organo-siliciés (dans la famille desquels on trouve les silanols, silane-diols et silane-triols), se différencie du précédent par la présence d’un (ou de plusieurs) atome(s) de carbone associé(s) à de l’hydrogène. Sous cette forme, c’est un des éléments essentiels de la matière vivante, comme le prouvent les dosages effectués aussi bien chez les plantes et les animaux que chez l’homme. Dans le corps de ce dernier, on en trouve notamment une quantité importante dans les tissus, les cartilages, le thymus, les parois vasculaires, les surrénales, le foie, la rate, le pancréas, etc.

 

HISTORIQUE des applications thérapeutiques du silicium organique (1)

En 1957, Norbert Duffaut, chimiste organicien de l’Université de Bordeaux, réussit pour la première fois à synthétiser une molécule d’organo-silicié, stabilisée d’abord avec de l’acide ascorbique, puis avec de l’acide salicylique.
Celle-ci va rapidement être appliquée en médecine sous l’appellation de DNR (pour Duffaut Norbert Remède).
Dès le début de 1958, Duffaut commence à effectuer de multiples applications du DNR dans le traitement de nombreuses affections, notamment les maladies cardio-vasculaires. Dans ce dernier domaine, les résultats obtenus sont tels qu’en 1967 l’Académie de Médecine attribue au docteur G. R. Rager le prix J. Levy-Bricker pour récompenser ses travaux sur l’utilisation des organo-siliciés en thérapeutique humaine.
En 1982, Norbert Duffaut rencontre Loïc Le Ribault, docteur en Sciences et inventeur de l’exoscopie des quartz. Pendant onze ans, ils vont travailler à améliorer le DNR, en mettant notamment au point un antiviral appelé DNV.
Après le décès de Norbert Duffaut en novembre 1993, Loïc Le Ribault met au point une nouvelle molécule de silicium organique à usage thérapeutique (le G5) qui ne présente plus aucune toxicité, puisqu’elle ne contient plus d’acide salicylique, et devient donc buvable. On peut également utiliser le G5 en applications cutanées.

 


BIBLIOGRAPHIE SOMMAIRE sur les applications thérapeutiques du silicium organique

Akuginova Z. D., Nikonenko B. V. & al. (1995) – Immunity and resistance to tuberculosis in mice on different diets, Problemy Tuberkuleza, 0 : 40-43.
Bedu O., Goy J. & al. (1991) – Action of silicon on cultured lymphocytes, Med. Sci. Res. 19: 317-318
Berlyne G. M., Adler A. J., & al. (1986) – Silicon metabolism. I. Some aspects of renal silicon handling in normal man, Nephron, 43 : 5-9.
Betti V. & Suffritti G. (2000) – Ruolo attivo del silicio per potenziare la neoformazione e la mineralizzazione ossea, Doctor Os, novembre 2000, pages 1-12.
Birchall J. D. (1990) – The role of silicon in biology, Chemistry in Britain, 141-144.
Boissier, J. R. (1956) – Absorption et élimination du silicate de sodium administré par voie buccale, Sem. Hop. Pathol. Biol., 32: 457-461
Bowen, H. J. M. and A. Peggs (1984) – Determination of silicon content of food, J. Sci. Food Agric., 35: 1225-1229
Burger M. (1982) – Immunization of mouse spleen cell cultures in the absence of serum and its proteins using SiO2 and 2-mercaptoethanol, Immunology, 45: 381-385.
Burton A. C., Cornhill F. & al. (1980) – Protection from cancer by ‘silica’ in the water-supply of U.S. Cities, Journal of Environmental Pathology and Toxicology, 4: 31-40.
Carlisle E. M. (1972) – Silicon, an essential element for the chick, Science, 178, 619.
Carlisle E. M. (1975) – Silicon in the osteoblast, the bone forming cell, Fed. Proc., 34: 972.
Carlisle E.M. (1976) – In vivo requirement for silicon in articular cartilage and connective tissue formation in the chick, J. Nutr., 106 : 473.
Carlisle E. M. & Alpenfels W. F. (1980) – A silicon requirement for normal growth of cartilage in culture, Fed. Proc., 39: 787.
Carlisle E. M., Berger J. W. & al. (1981) – Silicon : a requirement for prolylhydroxylase activity, Fed. Proc., 40: 366.
Charnot A. (1963) – Influence du silicium et du potassium sur le métabolisme silicique, Annales d’endocrinologie, 397-402
Charnot Y., Gozan K. B. & al. (1974) – Oestro-progestatifs et métabolisme du calcium, du magnésium et du silicium, Annales d’Endocrinologie, 35: 329-335.
Creac’h, P. & Adrain J. (1990) – Le silicium dans la chaîne alimentaire et sa localisation dans l’organisme, Méd. et Nut., 26: 73-90.
De Mesquita R. P. & Kerr I. B. (1975) – Local effects of silica on tumor growth inhibition. A histological study, Archiv für Geschwulstforschung, 45: 637-647.
Duffaut N. (1967) – Synthèse et propriétés de quelques complexes organo-siliciés, Séminaire de Chimie Organique, Bordeaux, 7 mars 1967.
Eisinger F., Luneau J. C., Detolle P. & Eisinger J. (1978) – Etude de l’activité immunitaire d’un composé organique soluble de silicium (monométhyl trisilanol) utilisé en pratique médicale courante, Lyon Méditerranée Médical, Tome XIV, n° 12, juin 1978, pages 2321-2325.
Eliott M.A., Edwards H.M. Jr (1991) – Some effects of dietary silicon on growth and skeletal development in chickens, J. Nutr., 121: 201.
Gendre P. (1967) – Altérations de la paroi aortique du lapin après traitement athérogène : action préventive d’un dérivé du silicium, C.R. Soc. Biol., 16, 2147-2148.
Gendre P. (1970) – Les composés organosiliciés dans le traitement de l’athérome expérimental, C. R. de l’Académie des Sciences, Paris, 270, p. 1356.
Gendre P. (1970) – Contribution à l’étude des altérations expérimentales ou spontanées de la paroi artérielle chez l’Animal et chez l’Homme : recherches infrastructurales et biochimiques. Rôle du silicium dans l’arthérosclérose, Thèse de doctorat ès Sciences, Bordeaux, 24 octobre 1970.
Gillette-Guyonnet S., Andrieu S., Nourhashemi F. & A. (2005) – Cognitive impairment and composition of drinking water in women : Findings of the EPIDOS Study, The Amer. J. of Clinical Nutrition, 81, pages 897-902.
Grubis B. & Duffaut N. (1975) – Détermination directe du silicium dans le sang par spectrométrie de fluorescence ; domaine d’application à l’analyse médicale de cette méthode physique, Spectre 2000, 14, pages 31-35
Gueyne J., Duffaut N. & Quilichini R. (1962) – Absorption cutanée du salicylate de potassium sous forme de complexe organosilicié, Thérapie, 17 (4), pages 549-557.
Henrotte J. G., Viza D. & al. (1988) – Le rôle régulateur du silicium dans la division cellulaire, C.R. Acad. Sci., Paris, 306: 525-528.
Isaacs M. & L. (1924) – Sur la présence du silicium dans les tissus : une microméthode de dosage du silicium, Bull. Soc. Chim. Bio., 6, pages 157-168.
Jonhson R. N. & Volcani B. E. (1978) – The uptake of silicic acid by rat liver mitochondria, Biochemical Journal, 172: 557.
Kerr I. B. & de Mesquita R. P. (1975) – Growth inhibition of sarcoma 180 by silica and talc, Archiv für Geschwulstforschung, 45: 255-258.
Lassus A. (1993) – Colloidal silicic acid for oral and topical treatment of aged skin, fragile hair and brittle nails in females, The Journal of International Medical Research, 21: 209-215.
Leriche J. (1933) – Les régions pauvres en silicium et les phénomenes de cancérisation, Le Progrès Médical, 149-150.
Lévrier M., Reboul J., Duffaut N. & Dilhuydy N. (1977), in Senologia, vol. 2, n° 4, pages 3-9 (IVème Symposium international sur les maladies non cancéreuses du sein, Strasbourg, 29 juin – 3 juillet 1976).
Loeper J., Goy-Loeper J. & al. (1979) – The antiatheromatous action of silicon, Atherosclerosis, 33: 397-408.
Mancinella A. (1991) – Silicon, a trace element essential for living organisms. Recent knowledge on its preventive rôle in atherosclerotic process, aging and neoplasms, Clin. Ter., 137: 343.
Mehard, C. W. & Volcani B. E. (1976) – Silicon-containing granules of rat liver, kidney and spleen mitochondria : electron probes X-ray microanalysis, Cell Tissue Research, 174: 315.
Najda J., Gminski J. & al. (1992) – Silicon metabolism. The interrelations of inorganic silicon (Si) with systemic iron (Fe), zinc (Zn) and copper pools in the rats, Biological Trace Element Research, 34: 185-195.
Peluso M. R. & Schneeman B. O. (1994) – A food-grade silicon dioxide is hypocholesterolemic in the diet of cholesterol-fed rats, J. Nutr., 124: 853-860.
Plagès P. & Duffaut N. (1976) – Quelques résultats obtenus en odonto-stomatologie avec les dérivés organosiliciés, Soc. Sc. Phys. Bordeaux, 77, pages 33-34.
Pennington J. A. (1991) – Silicon in foods and diets, Food Additives & Contaminants, 8: 97-118.
Rager G. R. (1967) – Traitement par ionocinèse contrôlée de l’insuffisance coronarienne chronique et des artériopathies des membres inférieurs, Agressologie, VIII, pages 69-78.
Rude, R. K., K. Wiegand, & al. (1989) – Enhancement of skeletal adenylate cyclase activity by silicon, Journal of Bone and Mineral Research, 4: S431.
Scheffler L., Sartory A. & al. (1920) – Sur l’emploi du silicate de soude en injections intraveineuses. Effets physiologiques. Effets thérapeutiques, C.R. Acad. Sci. Paris, 171: 31-33.
Scholl von O. &Letters K. (1959) – Über die Kieselsaüre und ihre physiologishe Wirkung in der Geriatrie, München, Med. Wschr., 101: 8321-8325.
Schwartz K. & Mille D. B. (1972) – Growth promotion effects of silicon in rats, Nature, 239, pages 333-334.
Schwartz K. (1973) – A bound form of silicon in glycosamino glycans and polyuronids, Proc. Nat. Acad. Sc. U.S.A., 70, pages 1608-1612.
Schroeder H. A. (1966) – Municipal Drinking Water and Cardiovascular Death Rates, Jama, 195: 125-129 (article intégral).
Schwartz K. & Chen S. C. (1974) – A bound form of silicon as a constituent of collagen, Federation Proceedings, 33: 704.
Schwartz K. (1977) – Silicon, Fibre and Atherosclerosis, The Lancet, 26 février.
Schwarz K., Ricci B. A. & al. (1977) – Inverse relation of silicon in drinking water and atherosclerosis in Finland, Lancet, 1: 538-53.
Seaborn C.D. & Nielsen F.H. (1994) – Effects of germanium and silicon on bone mineralization, Biol. Trace Elem. Res., 42: 151.